Tantevictorine Paris n'a pas vu Landolfi

TANTEVICTORINE A PARIS

Oui, je suis allée à Paris.
Non je n’ai pas vu le grand blond avé les moustaches et les yeux qui parpélègent.
Eh si ! je suis allée à Paris flâner sur les grands boulevards.
Eh voui !, c’est grand Paris comme 40 canebières.
Eh non !, je ne l’ai pas vu Landolfi.
Eh ben alors il doit être mort !

Copié du retour de Paris de Monsieur Brun. Marcel Pagnol- la trilogie-


Je vais vous donner quelques trucs, astuces et bons plans pour parcourir la capitale.
Voici ci-dessous le matériel de base.
A savoir:


petite précaution supplémentaire

Une banane à fixer autour de la taille, en plus de la ficelle ou tout autre lien pour assurer.
( vu à la cathédrale Notre Dame un panneau: attention pickpocket, alors vous voyez!)
Rappelez vous nos pères et grands pères avaient toujours sur eux un
couteau et de la ficelle, et étaient parés ainsi à toute éventualité.
En ville il nous faudra de plus, des pansements anti-ampoules, des bouchons d’oreilles, un tortillon chauffeur et un « mug » pour préparer à tout instant, thé, café, soupe etc....il suffira de trouver une simple prise électrique.
Quelques
pièces de monnaie pour les nécessiteux ou bons joueurs d’accordéon quémandeurs.

Egalement un mètre, car il y a toujours quelque chose à mesurer et on ne «  laissera pas forcément mesurer les autres » .
J’ai toujours sur moi un sifflet à roulettes, idéal si vous êtes perdu dans les bois, ou en cas d’agression.

L’appareil photo bien sûr, autour du cou, qui ne figure pas sur la photo ha ! ha !
Maintenant à nous Paris.
Vous pourrez malgré toutes ces précautions rencontrer des difficultés majeures comme celle tout à fait authentique que je vais vous conter.
Que ma famille et mes amis soient rassurés, je suis saine et sauve.

Oui, mesdames, messieurs j’ai failli me faire écraser par N. Sarkozy et tout son équipage.
Il sortait de l’expo des maires 2008 sans doute ravi d’avoir été ovationné par les maires de France, alors que Darcos venait d’être conspué.



Ravi


Au moment où j’allais traverser la rue pour aller dans le métro, 7 ou 8 Velsatis noires présidentielles et ministérielles ont déboulé du parking, a fond- fond, une dizaine de motos hurlantes, les sirènes, la cinquantaine de flics dans un état de stress maximal ont hurlé: reculez! reculez! J’étais juste devant, à 1 mètre, un flic m’ordonnait de reculer, je croyais qu’il y avait un attentat terroriste, j’hésitais entre me jeter à terre ou dégainer mon APN.
C’est tonton Victorin qui m’a empêché de sortir l’appareil, car il a compris que s’il y avait flash, je risquais de me prendre une bastos dans le buffet.
C’était donc simplement Mr Sarkozy et ses miniss’ qui sortaient du parking de l’esplanade.

C’est tou
t.